La presse s'intéresse à l'affaire Moulinex.

Le 25 mai 2004
Léna LUTAUD écrit dans le FIGARO ECONOMIQUE du 17 mai 2004 :

"LES LENTEURS de la justice ont entretenu tous leurs espoirs : en privé, de nombreux banquiers, administrateurs, actionnaires et autres anciens managers de Moulinex se disaient persuadés que l'enquête pénale sur les circonstances du dépôt de bilan s'enliserait avec le temps. Ils se sont tous trompés. ../..
Patrick Puy, le dernier PDG en date du groupe d'électroménager, qui a été convoqué à la brigade financière, rue du Château-des-Rentiers à Paris. ../..
Puy est ressorti, mis en examen du chef de banqueroute, présentation de faux bilan et abus de confiance. Mais il reste libre. « Il n'a jamais été question de le mettre en prison, il n'a dirigé le groupe que pendant six mois », explique un bon connaisseur du dossier. ../..
Le juge et la police interrogent d'abord ceux qui ne sont pas coupables mais qui connaissent les secrets de Brandt-Moulinex, diton de source proche de l'affaire. Ensuite, ils convoqueront les vrais coupables, ceux qui sont soupçonnés d'abus de biens sociaux, de soutien abusif, de détournements de fonds vers des sociétés écran, sans oublier les cadres dirigeants partis avec des parachutes dorés alors que le groupe allait vers le dépôt de bilan. ../..
le syndicat Sydis (branche dissidente de la CFDT) s'est félicité de la tournure des événements. « Cela nous met du baume au coeur, déclare le délégué Jean-Louis Jutan. La semaine dernière, nous avons enterré un mari, puis sa femme qui étaient ouvriers chez Moulinex et qui se sont suicidés. Ils ne supportaient plus de vivre depuis la cessation d'activité. Au moins quatre autres ex-salariés du groupe se sont donnés la mort ces deux dernières années. »

VALÉRIE LEBOUCQ pour LES ECHOS du 17 mai 2004 :

"A quand remonte la faillite de Moulinex ? Au 7 septembre 2001, le jour où son PDG, Patrick Puy, est allé au tribunal de commerce de Nanterre constater l'état de cessation des paiements ? Ou à la fin de 1999, soit juste avant le lancement d'une augmentation du capital (800 millions de francs) destinée à financer une énième restructuration élaborée par Pierre Blayau, l'actuel patron de Géodis, qui était alors aux commandes ? C'est cette seconde hypothèse que semble retenir l'enquête de la brigade financière menée dans le cadre de l'instruction judiciaire du juge Richard Pallin depuis novembre 2003. ../..
Plusieurs protagonistes pourraient être entendus par la justice : les frères Nocivelli, Pierre Blayau et les commissaires aux comptes d'El.Fi SA et de Moulinex. ../..
Si l'hypothèse d'une faillite virtuelle de Moulinex avant le 7 septembre 2001 était démontrée par la justice, l'ensemble du pool bancaire, qui a continué à lui prêter de l'argent, pourrait se voir accuser de soutien abusif. Une deuxième procédure, civile celle-là, visant à établir ce point, est d'ailleurs en cours. Les experts doivent remettre en juin leur rapport au tribunal de commerce de Nanterre."

A suivre...

Info suivante
Info précédente

Retour

187327 visites depuis le 10 janvier 2019

Réalisé par www.pbdi.fr