Discussion animée et dialogue difficile à la mairie de Cormelles le Royal.

Le 25 septembre 2009

Hier après-midi, environ 70 anciens salariés de l'usine de petit électroménager, ont manifesté devant la mairie. A l'origine du différend : le devenir de l'ancien magasin de vente au personnel, devenu le local de l'association des anciens salariés, APIC-Mx (900 adhérents). Elle souhaite y rester, la Ville veut le récupérer. L'échéance : septembre 2010.

Bernard OBLIN répète que décision "a été prise par le conseil municipal de transférer les ateliers communaux" dans le bâtiment

"C'est insupportable," rebondit Maguy LALIZEL, présidente d'APIC-Mx. "Ce local, c'est juste 1 000 m 2 de terrain, 200 m 2 d'un bâtiment qui a une symbolique forte. Pas seulement du passé. C'est l'endroit où on vit, un lieu d'écoute."

Lionel MULLER fait une proposition : " Les 1 000 m 2 pourraient être ajoutés à la zone d'activités, que va reprendre Caen-la-Mer. Après, quand on n'existera plus, elle serait rétrocédée à Cormelles."

Jean-Louis JUTAN termine : "La balle est dans votre camp. On est prêt à discuter."

Voir l'article de Ouest-France

Info suivante
Info précédente

Retour

169706 visites depuis le 10 janvier 2019

Réalisé par www.pbdi.fr